Réunion du programme le samedi 7 mars à 20 h 30 !

Liliane Lugol et son équipe vous invitent à une réunion publique autour du programme le samedi 7 mars à  20 H 30 à la halle de la mairie de Lalbenque. Après la très riche matinée d’échanges avec les lalbenquoises et les lalbenquois le samedi 22 février et la réunion publique sur la démocratie participative le 29 février à Saint-Hilaire, cette soirée sera entièrement consacrée aux différentes thématiques développées et imaginées par les candidats. Démocratie participative, citoyenneté et accueil des nouveaux arrivants, Actions sociales et Solidarités intergénérationnelles, Écologie, environnement et patrimoine, Vie associative, Aménagements et dynamique « cœur de bourg » et enfin, les Projets intercommunaux qui occupent une place particulière dans le programme. 

Les Grands projets feront l’objet de présentations détaillées. Ils s’inscrivent dans ces différentes thématiques : rénovation complète de la place de la Bascule pour créer une véritable place de village, l’Éco-fabrique communale, la Maison des associations – Tiers-lieu, l’espace de rencontre en plein air à Saint-Hilaire, sont des projets qui ont été budgétisés et programmés tout au long du mandat.



Un Projet Alimentaire Territorial pour le Pays de Lalbenque – Limogne

À la communauté des communes du Pays de Lalbenque – Limogne, nous soutiendrons la mise en place d’un Projet Alimentaire Territorial (PAT).

Pour dépasser les injonctions contradictoires auxquelles les agriculteurs sont soumis (produire plus et moins cher mais produire mieux et plus sain en préservant l’environnement), il est nécessaire de créer les conditions, à notre niveau, d’une reconnexion entre les producteurs agricoles et les habitants qui partagent le même territoire. L’objectif est, en vendant localement ou dans des filières de qualité, que les producteurs dégagent un revenu suffisant avec des pratiques favorables à l’environnement, et que les consommateurs aient accès à une alimentation de qualité, le tout dans un territoire sain et résilient. En renouant les liens autour de l’alimentation, la préservation de nos ressources naturelles devient un objectif partageable entre producteurs et consommateurs.

Pour cela, nous souhaitons soumettre une demande de reconnaissance d’un Projet Alimentaire Territorial (PAT). Son objectif est de fédérer les différents acteurs de notre territoire autour de la question de l’alimentation. Il sera conçu a minima au niveau de notre commune, au mieux au niveau de la Communauté de Communes. Permis par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 (Art 39), notre PAT visera à ancrer dans notre territoire la question alimentaire.

Il répondra à trois enjeux :

  • économique : il facilitera le développement de différents types de circuits courts pour offrir des débouchés locaux aux producteurs, ainsi que l’accès à une alimentation saine aux consommateurs de notre territoire ; il génèrera de l’activité et des emplois via des certifications de qualité (d’origine, de qualité, environnementale, biologique …) pour fournir les marchés de proximité ou des métropoles proches ;
  • social : il contribuera à l’éducation alimentaire des enfants, grâce à la cantine scolaire, au jardin éducatif et partagé. Mais il accompagnera aussi les adultes, sous différents formes, vers une démarche qualitative de l’achat alimentaire, en s’assurant de l’accès de tous à une alimentation saine et équilibrée. Il valorisera aussi tous les produits et plats typiques des produits de nos régions, notamment comme argument touristique;
  • environnemental : enfin, il accompagnera la transition écologique des producteurs, et contribuera à préserver les ressources naturelles (notamment l’eau et les paysages utiles pour le tourisme), et à lutter contre le gaspillage alimentaire.

Il sera élaboré de manière concertée, aussi bien pour l’approfondissement du diagnostic agricole et alimentaire élaboré pour le PADD, que pour la définition d’une stratégie partagée et la mise en place progressive d’actions mobilisatrices. Il sera articulé au PLUi en cours de finalisation, au PADD, à la charte du PNR.

Ce projet permettra de mobiliser des fonds publics et privés : des appels à projets du Programme National de l’Alimentation, des crédits des différentes collectivités, du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) (en particulier les initiatives Liaison entre action de développement de l’économie rurale (LEADER) ou du Fonds européen de développement régional (FEDER). Il sera aussi l’occasion de travailler avec les équipes qui ont travaillé sur les PAT COVALDOR, du Grands Cahors et de Villefranche de Rouergue. 

https://agriculture.gouv.fr/comment-construire-son-projet-alimentaire-territorial

Le développement économique du territoire : une priorité

Notre volonté sera d’accompagner et de favoriser le développement de l’activité sur le territoire. Ce développement doit notamment s’organiser autour de projets de développement durable.

Pour cela, dans le cadre d’un partenariat soutenu public / privé,  nous nous attacherons à détecter et à soutenir tous les projets innovants dans une démarche collaborative et participative. Les porteurs de ces projets  pourront ainsi profiter des atouts de notre territoire (la proximité de la métropole toulousaine, l’accessibilité grâce au réseau autoroutier et ferroviaire, la connexion à la fibre …). Notre soutien ira aussi bien aux acteurs économiques déjà installés dans la commune et qui souhaitent se développer qu’aux nouveaux arrivants. Nous avons besoin d’emplois à Lalbenque et dans la communauté de communes pour rompre avec la trajectoire d’une commune dortoir.    Nous savons que le développement de projets innovants sur notre territoire aura une influence positive et dynamique sur  les autres acteurs économiques de notre territoire et bien évidement cela contribuera à :

  • revitaliser nos communes (création d’emplois par des implantations d’outils de production sur nos communes…)
  • réaliser des projets de vie sur notre terroir tant sur le plan professionnel (création des unités de production ou de prestation de services sur notre sol) que sur le plan personnel (créer un cadre de vie par une offre de logements) ;
  • renforcer notre identité patrimoniale autour de notre « diamant noir », de l’image positive des Causses du Quercy, en mobilisant tous les agents économiques (commerçants ; artisans ; agriculteurs ; entreprises …)
  • créer de nouvelles filières en favorisant l’organisation de productions locales pouvant répondre aux besoins des agents économiques locaux (produits agroalimentaires ; matières premières…) de nature à raccourcir les circuits ; et le tout en s’appuyant sur des expériences réussies sur notre territoire (comme le mouton givré) ;

Ainsi, notre démarche s’inscrit dans la logique de favoriser le développement économique avec l’ambition de faire éclore des projets innovants, contribuant concrètement à la transition écologique, et de nature fortifier et renforcer l’activité de chacun des acteurs économiques de notre territoire et de créer des opportunités d’emplois pour les jeunes actifs.    

Journal de campagne n°2

Pourquoi et comment aller vers une démocratie participative

Faire participer les Lalbenquoises et les Lalbenquois aux grandes décisions, aux grands projets que nous mènerons, sera une priorité.

Notre programme sur l’agriculture et l’alimentation à Lalbenque

Les évidences s’accumulent sur la dangerosité des effets cocktails des nombreux pesticides utilisés dans l’agriculture. Les agriculteurs en sont les premiers touchés, mais contrairement à nos anciens, les jeunes générations de consommateurs y sont soumises dès leur plus jeune âge, quand ils sont les plus vulnérables. Nous savons aussi que les agriculteurs reçoivent des injonctions contradictoires : produire plus et moins cher mais produire mieux et plus sain en préservant l’environnement, ce que demande une partie croissante de la population. 

C’est la raison pour laquelle nous souhaitons développer des actions, en étroite collaboration avec les agriculteurs et les consommateurs de Lalbenque, qui permettent d’engager une transition écologique de l’agriculture et de l’alimentation de notre territoire, en y reconnectant production et consommation de produits alimentaires. Ainsi : 

  • Nous ferons passer l’approvisionnement de la cantine municipale à 100 % de produits bio, afin de limiter l’exposition de nos enfants aux différents types de pesticides de synthèse ;
  • Nous aménagerons un jardin partagé bio qui facilitera l’échange intergénérationnel de savoir-faire sur les potagers, et aura une fonction pédagogique auprès de nos enfants.
  • Nous favoriserons l’installation de jeunes agriculteurs, qu’ils reprennent l’exploitation familiale ou s’installent hors-cadre familial ;
  • Nous encouragerons la conversion des exploitations en évaluant l’exonération de taxe foncière sur le non bâti pendant 5 ans pour les exploitations en conversion bio, comme la loi le permet depuis 2008. 

Mais nous savons que ces actions ne sont pas suffisantes pour absorber la totalité de la production actuelle de tous les agriculteurs de la commune, et qu’une amélioration de leurs revenus –hors subventions- est nécessaire pour que la jeune génération souhaite s’installer. Au sein de la communauté de communes, notre équipe agira pour :

  • Mettre en valeur les produits de terroir de qualité respectant la charte d’agriculture paysanne (sans OGM, …) et mise en place de systèmes de vente en circuits courts, par exemple aide à la création de relais pour la vente de produits bio, maraîchage ou élevage. Cela permettra d’offrir aux producteurs un débouché rémunérateur à leurs produits, notamment ceux qui livraient des produits non AB à la cantine, et (ii) faciliter l’accès des consommateurs aux produits locaux, à des prix compétitifs car sans intermédiaires. 
  • En étroite articulation avec les autres acteurs de notre territoire, et notamment les organisations d’agriculteurs, nous accompagnerons les dynamiques visant à ré-orienter les pratiques agricoles – agriculture biologique, certification environnementale …- et à faire monter en gamme la production par la valorisation de notre territoire et la mise en avant de signes de qualité.  
  • Nous favoriserons l’utilisation d’énergies renouvelables issues de notre territoire. Les agriculteurs pourront y jouer un rôle important (solaire sur les bâtiments, bois pour alimenter des réseaux de chaleur). Ils pourront ainsi diversifier et régulariser leurs revenus. 
  • Nous pèserons dans l’élaboration du PLUI pour mettre fin au mitage de notre territoire par des constructions isolées.

La liste Imaginer Lalbenque Ensemble invite les lalbenquois pour échanger sur la démocratie participative 

La liste Imaginer Lalbenque Ensemble invite les lalbenquois pour échanger sur la démocratie participative 

L’équipe d’Imaginer Lalbenque Ensemble vous propose une soirée d’échanges le samedi 29 février à la salle des fêtes de Saint-Hilaire. Après la très riche matinée d’échanges avec les lalbenquoises et les lalbenquois le samedi 22 février à la halle, cette soirée sera entièrement consacrée à la démocratie participative. 

Le rendez-vous est donné à 17h et sera suivie d’une soupe ouverte à tous (apportez vos bols). Une conférence/film/débat sur la démocratie participative, animée par Mélissa Nayral, anthropologue et professeure à l’Université Jean Jaurès permettra d’engager le débat sur la thématique « Démocratie participative et citoyenneté » développée par les candidats d’Imaginer Lalbenque Ensemble. Quelques projets phares : la mise en place d’un budget participatif à Lalbenque et d’un Conseil du budget participatif pour le mettre en oeuvre, la possibilité d’organiser des référendums locaux à l’initiative du conseil municipal ou d’au moins 20 % des inscrits sur les listes électorales, le développement de la concertation ouverte aux noms élus dans les commissions municipales mais aussi la mise en place de véritables outils de concertation et de co-construction autour des « Grands projets » qui seront portés par la liste.